S'inscrire pour les recevoir les dernières nouvelles

Candidat aux élections législatives - 7ème circonscription des Français de l'étranger

Cher.e.s concitoyen.ne.s,

J’ai l’honneur et le plaisir de vous présenter ma candidature à l’élection législative des 4 et 18 juin prochain. Je m’appelle François Jérôme Lallemand, j’ai 39 ans et habite Hambourg depuis 7 ans. Marié à une Allemande, je suis le père de deux enfants bi-nationaux.

Ma candidature est d’abord celle d’un programme : « L’Avenir en commun ». Porté par Jean Luc Mélenchon lors de l’élection présidentielle il a rassemblé plus de 7 millions de voix et 19,58% des votants.

Il s’agit pour moi d’un programme résolument de gauche, défendant la construction d’une Europe sociale et démocratique. L’Europe libérale actuelle ne crée que de la misère et provoque la division entre les peuples, entraînant la montée du nationalisme. Le temps est venu de faire triompher l’Europe des solidarités et du progrès social !

Il nous faut également répondre au plus vite à la crise écologique qui touche chacun de nous. Il est indispensable d’enclencher une véritable transition écologique en passant par la réorientation de notre industrie et de notre agriculture. Il s’agit ici d’améliorer à la fois les conditions de travail de celles et ceux qui produisent aujourd’hui et de préparer l'avenir pour nos générations futures.

Enfin nous devons en finir avec les politiques d’austérité qui conduisent au démantèlement de nos services publics. Nous, français.e.s de l’étranger, sommes les premiers touché.e.s par la fermeture et la dégradation de nos services consulaires ou encore par le prix parfois exorbitant de nos lycées français. Je me battrai pour que la gratuité de l’enseignement soit la norme et qu’augmentent les budgets liés à la représentation française hors de France.

Cette campagne intervient dans un contexte national, alors qu’Emmanuel Macron et son gouvernement résolument à droite s’apprêtent à mettre en place leur politique de casse sociale synonyme de toujours plus de précarité. Si dans notre circonscription nombreux.ses sont les candidat.e.s, à commencer par le député sortant, qui souhaitent défendre ce programme, nous sommes au contraire la force politique qui veut et peut empêcher son application en construisant une autre majorité à l’assemblée nationale.

Pour qu’enfin l’Europe puisse être celle de la Paix, du progrès social et de la transition écologique, votons pour la France Insoumise.

 

Bien cordialement,

 

François Jérome Lallemand,

Candidat titulaire pour la France Insoumise.

 

  • Le plus récent de mon blog

    Sortie du nucléaire

    Organisation de la sortie du nucléaire, qui ne s’arrête pas du jour au lendemain => exploitation dans des conditions optimales de sécurité jusqu’à la fermeture des centrales : limitation stricte du recours à la sous-traitance pour les activités ne pouvant être ré-internalisées.   L’ensemble des personnels de la filière seront assurés de conserver leur emploi, dans l’objectif d’assurer un haut niveau de compétence dans le démantèlement des centrales.   Abandon de l’opération du grand carénage   Abandon des projets d’EPR (Flamanville et Hinkley Point)   Abandon du projet d’enfouissement des déchets de Bure   Pour un débat public éclairé : Publication des données sur l’enfouissement des déchets nucléaires depuis soixante ans afin d’informer sur les dangers sanitaires avérés ou éventuels   Fermeture immédiate de Fessenheim en garantissant l’emploi des salariés et leur formation pour en faire un site pilote du démantèlement (conformément aux recommandation des associations locales)  
    continuer à lire

    L'impôt universel

    Qu’est-ce que l’impôt universel ?   C’est une mesure visant à lutter contre l’évasion fiscale des particuliers par l’expatriation.  Elle est d’autant plus importante que la révolution fiscale prévoit de nouvelles tranches d’imposition pour les catégories les plus fortunées, dont il faut donc prévenir la fuite.   Autrement nommée « taxation différentielle », cette mesure consiste à baser l’assujettissement à l’impôt sur la citoyenneté et non plus uniquement sur le lieu de résidence, afin de lutter efficacement contre l’expatriation fiscale. Cette mesure s’applique depuis 1962 aux Etats-Unis, ou elle a été encore renforcée par une loi de 2005.    Cette mesure obligerait les citoyens français expatriés, outre la déclaration d’impôts qu’ils établissent dans leur pays d’accueil, à également établir une déclaration auprès du fisc français. S’il est établi qu’ils ne s’acquittent pas dans leur pays d’accueil des sommes qu’ils auraient dû payer en France s’ils y résidaient, ils devront s’acquitter de la différence auprès du fisc français.   Qui cela concerne-t-il? Si tous les citoyens expatriés devront remplir une déclaration d’impôts en France, l’esprit de la mesure ne vise pas à faire peser le poids de l’impôt sur les classes moyennes expatriées, mais consiste bien à lutter contre l’expatriation fiscale des Français les plus fortunés. Les dispositifs envisagés n’ont pas encore été précisés (pas encore de livret fiscalité). Selon les ajustements proposés, les classes moyennes à partir d’un certain seuil de revenu seront susceptibles d’être concernées.   En attendant plus de précisions, on peut examiner la manière dont les américains organisent ce système.   L’exemple américain : Les expatriés, comme tous les citoyens américains, sont imposables aux Etats-Unis au titre de leurs revenus mondiaux (= d’origine américaine et étrangère), et ce qu’ils soient ou non redevables de l’impôt dans leur pays d’accueil. Ils sont donc obligés de faire une double déclaration d’impôts (dans le pays d’accueil et dans le pays d’origine), et dans certains cas de payer l’impôt dans les deux pays.   Plusieurs dispositifs permettent toutefois d’alléger la contribution qu’ils versent à l’administration fiscale américaine, qui sont différenciés selon leur situation : selon qu’ils ont leur domiciliation fiscale à l’étranger ou non, mais aussi selon le type de leurs revenus (revenus du travail, ou pensions, ou revenus du capital) réduction de l’assiette imposable par déduction des revenus du travail d’origine étrangère (quand le domicile fiscal est à l’étranger). Par exemple, en 2012, les contribuables expatriés pouvaient déduire jusqu’à 93000$ de revenus du travail pour une année fiscale de leur déclaration américaine. crédit d’impôt compensant les impôts versés à l’étranger réduction de l’assiette imposable par déduction des impôts payés à l’étranger   Par ailleurs, si ces dispositifs permettent une réduction de l’assiette imposable, depuis 2005, le taux d’imposition est déterminé en fonction des revenus bruts perçus (= totalité des revenus mondiaux).   Les Américains prévoient même des mesures visant le changement de nationalité en vue d’optimisation fiscale. (On se rappelle tous de Depardieu devenu russe, de Bernard Arnault ayant déposé une demande pour devenir citoyen belge…) Aujourd’hui, un citoyen qui change de nationalité doit s’acquitter d’une « taxe de départ » calculée sur le montant de la plus value fictive de leurs actifs mondiaux (imposable si dépasse 600000$)     On voit donc que le modèle américain prévoit toute une série d’ajustements évitant aux contribuables expatriés de payer un double impôt. Des dispositifs précis existent donc pour éviter de pénaliser les citoyens expatriés, lorsqu’il s’agit de cibler précisément les expatriations fiscales. Il est malgré tout en l’état actuel des choses difficile de savoir à partir de quel niveau de revenus les citoyens expatriés commenceront à être concernés concrètement, en l’absence de précisions sur les seuils des nouvelles tranches d’impôt sur le revenu prévues dans la révolution fiscale, et en l’absence d’indications sur l’application concrète du dispositif (exemptions, modes de compensation, assiette imposable, etc.)
    continuer à lire